Alimentation bio : présentation, bienfaits, comment bien choisir ses produits ?

manger bio

Le bio est désormais ancré dans le quotidien de la quasi-totalité des Français. Nous sommes de plus en plus nombreux à manger bio, et de plus en plus souvent. Le marché du bio se porte très bien et progresse partout, que ce soit en France, en Europe ou dans le monde. Qu’est-ce qui explique un tel succès ? Les bénéfices santé d’une alimentation bio sont-ils réels et prouvés ? Comment choisir ses produits bio ? On vous donne toutes les réponses dans cet article !


Quelques chiffres !

Le marché bio français affichait une croissance de 15,7 % en 2018. En 2019, plus de 9 français sur 10 ont déclaré avoir consommé des produits bio. Selon un rapport de l’AFDPAB, près des ¾ d’entre eux ont affirmé en manger régulièrement (au moins une fois par mois) et 14 % ont dit en consommer tous les jours. Face à cette forte demande, la production bio française a doublé en 5 ans (de 2013 à 2018).

1. Le bio, qu’est-ce que c’est ?

Rappelons les principales garanties du bio.

Une réglementation européenne

Le bio est encadré par une réglementation européenne depuis 1991. Cela signifie que les produits bio sont soumis à la même réglementation, aux mêmes exigences et aux mêmes contrôles dans tous les pays de l’UE.

Cela se vérifie par la présence du label bio européen (plus communément appelé “Eurofeuille”) sur l’étiquetage des produits. La présence de ce label est obligatoire. En France, un autre label figure souvent sur les produits : le label AB. Son utilisation est cependant facultative.

logo eurofeuille
Logo européen Agriculture Biologique “Eurofeuille”

Pour commercialiser des produits bio, tous les acteurs (producteurs, transformateurs, distributeurs ou importateurs) doivent avoir été contrôlés par un organisme certificateur agréé par les pouvoirs publics. Lorsque tout est conforme, un certificat est délivré. Les opérateurs continuent ensuite à être soumis à des contrôles réguliers, annuels et inopinés.

Qu’en est-il des produits bio provenant de pays hors UE ?

Des produits provenant de pays extérieurs à l’UE peuvent être importés et commercialisés en bio dans l’UE (et en France), à condition que les règles de production de l’agriculture biologique aient été respectées. Pour être reconnus comme bio, ces produits doivent notamment :

  • Provenir de pays dont la réglementation a été jugée équivalente à celle de l’UE ;
  • Avoir été contrôlés et certifiés par un organisme reconnu et supervisé par la Commission Européenne.

Les pesticides et les OGM sont interdits, l’utilisation des antibiotiques est limitée

La non-utilisation de pesticides (produits chimiques de synthèse) et d’OGM sont les principes de base de l’agriculture biologique. Dans les élevages, le bien-être et la santé des animaux est davantage pris en compte. Les animaux sont notamment nourris avec des aliments bio et l’usage des antibiotiques est très limité.

Les transformateurs ont aussi des règles strictes à respecter

La transformation des matières premières est très encadrée. Les méthodes biologiques, mécaniques et physiques (farine sur meule, huile de pression à froid…) et la cuisson à basse température sont privilégiées afin de préserver les qualités nutritionnelles des aliments.

Peu d’additifs alimentaires sont autorisés

L’ajout d’arômes chimiques de synthèse, de colorants et d’exhausteurs de goût est interdit. Le nombre d’additifs autorisés est fortement réduit (47 contre 300 en conventionnel) et la plupart sont d’origine naturelle (comme la pectine de fruit par exemple). La présence d’ingrédients douteux est donc fortement limitée. La liste des ingrédients qui composent les produits biologiques est généralement plus courte que pour les produits issus de l’alimentation industrielle.

A lire également : Additifs alimentaires : pourquoi faut-il s’en méfier ?

Certaines pratiques visant à améliorer la conservation des aliments sont interdites

Les traitements ionisants sont notamment interdits. Dangereux pour la santé, ils sont pourtant pratiqués en conventionnel pour allonger la durée de conservation des aliments. C’est par exemple ce qui explique la couleur orange des abricots secs conventionnels, alors qu’ils devraient être bruns, comme ceux issus d’une production biologique.

fruits bio

 

2. Comment expliquer l’engouement actuel pour l’alimentation bio ?

La consommation de produits bio, que l’on disait autrefois réservée aux “bobos”, s’élargit à une cible grandissante de la population.

Notre alimentation moderne est en grande partie responsable de la dégradation de notre santé

Les grandes pathologies dont on souffre dans les pays occidentaux (surpoids, obésité, diabète, cancers, allergies, réduction de la fertilité…) sont en constante augmentation et ont pour origines principales l’alimentation, les additifs, les antibiotiques, les perturbateurs endocriniens, les pesticides, la pollution chimique et industrielle, ainsi que le manque d’activité physique.

Le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer a analysé les résultats de 7 000 études scientifiques : 35 à 40 % des cancers et environ 80 % des maladies auraient un lien avec l’alimentation. Environ un tiers des cancers les plus communs dans les pays développés pourraient être évités grâce à un changement de régime alimentaire.

L’opinion publique est de plus en plus sensibilisée à ces problématiques

Une alimentation plus saine tend à se développer en France et dans les pays industrialisés en réponse à un système alimentaire qui ne semble plus en adéquation avec les enjeux sociétaux actuels et à venir (explosion des maladies cardiovasculaires et du diabète, scandales alimentaires à répétition…). Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par le contenu de leur assiette. Tout semble inciter à manger mieux, favorisant l’essor de l’alimentation bio.

La santé est devenue le principal argument des consommateurs de bio

Si, à l’origine, l’agriculture biologique a été portée par une forte conscience écologique, l’argument santé arrive désormais en tête. Toujours selon le rapport de l’AFDPAB, 59 % des consommateurs de bio affirment manger bio pour préserver leur santé avant tout. La qualité et le goût des produits viennent juste après (51 %). La préservation de l’environnement est reléguée au 3ème rang.

3. Manger bio : des atouts nutritionnels et sanitaires bel et bien prouvés !

De plus en plus de consommateurs cherchent à optimiser leur santé en adoptant un régime alimentaire riche en nutriments et dépourvu de substances toxiques ou controversées. Une alimentation biologique va exactement dans ce sens.

En mangeant bio, vous ingérez moins de résidus de pesticides

En agriculture biologique, l’utilisation de produits phytosanitaires est interdite pour traiter les cultures. Il s’agit là d’un énorme avantage pour notre santé lorsqu’on sait que la France est le pays d’Europe qui déverse le plus de produits chimiques sur ses surfaces agricoles, avec l’Espagne. Et ce, depuis des décennies.

Prenons l’exemple de la pomme. Il s’agit du fruit le plus cultivé et le plus consommé dans notre pays. C’est également celui qui subit le plus grand nombre de traitements : 35,1 par an en moyenne, parmi lesquels des fongicides, herbicides, insecticides et régulateurs de croissance. Le nombre de traitements serait même de 43 par an dans certaines régions de France.

En mangeant une pomme non bio, vous ingérez donc plusieurs résidus de pesticides. En 2013, une étude de surveillance coordonnée par l’UE a détecté 55 résidus différents parmi 1610 échantillons de pommes commercialisées en Europe.

pomme bio

La peau des fruits est plus concentrée en nutriments que la chair, mais aussi en pesticides !

La peau ou l’enveloppe externe des aliments sont les premiers exposés aux épandages de pesticides et aux traitements après récolte. C’est donc là que les résidus de pesticides se logent principalement.

Par conséquent, si vous achetez des fruits et légumes non bio, il est préférable de les éplucher avant de les consommer. Or, c’est une grande perte pour votre santé. Si on reprend l’exemple de la pomme, celle-ci contient 2 à 6 fois plus d’antioxydants, 2 à 3 fois plus de flavonoïdes et 4 à 6 fois plus de vitamine C dans sa peau que dans sa chair.

Il en va de même pour les céréales. Lorsqu’elles sont complètes, c’est que l’enveloppe des grains a été conservée. Les céréales complètes ont beau être meilleures pour la santé, elles contiendront encore plus de résidus de pesticides que les céréales raffinées (pain blanc, riz blanc…) si vous ne les choisissez pas d’origine biologique.

Les aliments bio sont beaucoup plus riches en nutriments essentiels

Plusieurs études récentes prouvent que les aliments bio ont une densité en nutriments essentiels très largement supérieure à celle des aliments issus de l’agriculture conventionnelle. En parallèle, elles dénoncent l’insuffisance des apports d’une alimentation conventionnelle. Elles confirment aussi que manger bio permet d’éviter certaines substances problématiques pour la santé (mycotoxines, nitrates, polluants…) et aide à se prémunir contre certaines maladies.

  • L’étude ABARAC (INSERM de Montpellier, 2000-2006) confirme la supériorité (à 30 %) de la composition nutritionnelle des produits bio avec nettement moins de nitrates et de polluants.
  • Les études INRA (2009) et AFSSA (2003) montrent que les produits bio présentent une densité de matière sèche, de minéraux et d’antioxydants supérieure ; que les produits carnés issus d’élevages bio renferment plus d’acides gras insaturés ; que les végétaux bio présentent très peu de nitrates et que les produits céréaliers bio sont dépourvus de mycotoxines.
  • L’étude de l’Université de Newcastle (2014-2016) confirme une teneur supérieure en polyphénols dans les fruits et légumes bio, une richesse naturelle du lait bio en oméga-3 et plus d’acides gras poly-insaturés dans la viande bio.
  • L’étude du Groupe d’évaluation des options scientifiques et technologiques démontre un lien entre la consommation d’aliments bio et la diminution du risque de maladies allergiques, un effet bénéfique potentiel sur l’obésité chez les adultes, une concentration de composés phénoliques environ 20 % plus élevée et une teneur en vitamine C environ 6 % plus élevée.
  • L’enquête NutriNet-Santé (lancée en 2009, toujours en cours et impliquant plusieurs organismes de recherche) révèle en 2013 (dans un premier bilan d’étape) que les consommateurs de produits biologiques présentent un profil alimentaire plus sain, associé à une probabilité de surpoids et d’obésité nettement plus faible, et que les aliments bio ont des apports plus élevés en vitamines et minéraux, en acides gras oméga-3 et en fibres.

4. Comment bien choisir ses produits bio ?

Aujourd’hui, les possibilités d’acheter des aliments bio ne manquent pas. Pourtant, il ne faut pas se fier qu’au label bio. Tous les produits bio ne se valent pas ! Apprenez à reconnaître et à privilégier ceux qui sont issus d’une agriculture biologique française, locale et paysanne.

Où peut-on acheter du bio ?

Face à l’explosion de la demande de produits bio, les possibilités de s’en procurer se sont multipliées. Ils sont désormais distribués dans tous les types de commerce :

  • Dans les grandes et moyennes surfaces (GMS) ;
  • Dans les magasins spécialisés : Biocoop, Bio c’ Bon, Biomonde, La Vie Claire, La Vie Saine, Les Nouveaux Robinson, L’Eau Vive, Naturalia, Naturéo, Satoriz… ainsi que dans les magasins indépendants de produits diététiques et naturels ;
  • Directement auprès des producteurs : à la ferme, sur les marchés ou à travers des groupements comme les AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne).

alimentation biologique

Doit-on éviter d’acheter du bio en grande surface ?

Autrefois, le bio était principalement issu d’une agriculture paysanne. Désormais, il est aussi entre les mains des grosses industries agro-alimentaires, comme en témoigne la déferlante des produits bio en grande distribution et l’apparition du label bio sur un nombre croissant de produits de grandes marques (Danone, Nestlé…).

Ces produits, bien qu’issus d’un système plus industriel et productiviste, arborent le label bio en toute légitimité car le cahier des charges bio est respecté.

Faut-il se détourner complètement des produits biologiques distribués en grande surface ? Ce n’est pas si simple que ça. Si le bio “industriel” est surtout présent en grande distribution, cela ne veut pas dire que tous les aliments bio que l’on y trouve y sont issus, et que l’on trouve des produits de l’agriculture paysanne uniquement dans les magasins bio.

Plus le circuit est court, plus les aliments sont qualitatifs sur le plan nutritionnel

S’il n’y a pas de différence significative entre le bio “paysan” et le bio “industriel” au niveau des résidus de pesticides (la rigueur des contrôles étant évidemment la même), il peut y en avoir au niveau de la qualité nutritionnelle et gustative.

Prenons l’exemple des fruits et légumes : plus le circuit d’approvisionnement est long, plus le temps passé entre la récolte et l’arrivée sur le point de vente l’est aussi. Dans le cas d’une production industrielle, les fruits sont cueillis beaucoup trop tôt, bien avant leur maturité complète. Quant aux légumes, ils subissent une perte de vitamines plus importante.

A lire également : Fruits et légumes de saison : lesquels privilégier et pourquoi ?

Vérifiez systématiquement la provenance des produits

Par conséquent, que vous fassiez vos courses bio en grande surface ou en magasin spécialisé, ne vous fiez pas uniquement au label. Vérifiez également la provenance des produits.

Pour les aliments “bruts” comme les fruits et les légumes, privilégiez ceux qui ont été cultivés en France, et idéalement dans votre région ou le plus proche de chez vous. Évitez bien sûr les fruits et légumes bio en provenance d’Espagne ou d’Italie.

Il y a aussi des indications de provenance des aliments sur les produits transformés. Attention à ne pas confondre « cultivé en France » et « conditionné en France ».

Réduisez votre consommation de produits transformées, même bio

Comme évoqué précédemment, les produits transformés bio sont de meilleure qualité car la transformation est encadrée et de nombreux ingrédients (additifs, colorants…) ou pratiques (irradiation…) sont interdits.

Néanmoins, pour votre santé, pensez toujours à vous nourrir principalement de produits très peu transformés voire bruts. Moins les aliments subissent de transformations, plus leurs nutriments sont préservés.

Si vous ne pouvez pas vous passer de certains produits transformés, c’est toujours mieux de les prendre d’origine biologique. Assurez-vous que la liste des ingrédients ne soit pas trop longue. La tendance est aujourd’hui aux recettes qui limitent le nombre d’ingrédients et évitent les ingrédients inutiles.

A lire également : Manger bio : quels produits privilégier en priorité ?

Il existe d’autres labels bio encore plus exigeants

Pour être sûrs d’acheter du bio issu d’une agriculture paysanne et locale, passez par la vente directe ou de proximité.

Autre solution : choisir des produits qui arborent des labels bio privés (Demeter, Nature & Progrès, Bio Cohérence). Ces labels dit alternatifs sont encore plus exigeants et ajoutent des contraintes supplémentaires à celles du cahier des charges bio européen. N’hésitez-pas à vous renseigner sur les garanties que chaque label apporte.

Pourquoi manger bio ? En résumé…

Le bio est de plus en plus plébiscité et rien ne semble prédire un ralentissement de la demande, car davantage sensibilisée, une grande partie de la population a compris que manger bio était aujourd’hui indispensable pour notre santé.

Plusieurs études ont prouvé que le mode de production biologique se traduisait par une meilleure qualité des aliments du fait d’une densité plus élevée en nutriments. De quoi ravir les personnes soucieuses de leur santé et les sportifs, dont les besoins en micronutriments sont plus élevés. Manger bio évite aussi d’ingérer trop de résidus de pesticides.

Acheter bio, c’est bien, mais ne vous fiez pas qu’au label bio en fermant les yeux sur la provenance des produits. Plus vous consommerez en circuit court, plus les aliments que vous aurez dans votre assiette seront qualitatifs sur le plan gustatif et nutritionnel. Votre choix ne sera pas restreint : plus de 75 % des produits bio consommés en France sont fabriqués sur le territoire.

S’il est vrai que consommer bio coûte plus cher, n’oubliez-pas que l’investissement financier sera rentabilisé à long terme : vous vivrez en meilleure santé et vous économiserez en soins médicaux !

Notre infographie sur les bénéfices d’une alimentation bio

manger bio bienfaits

Santé = Alimentation saine + Activité sportive adaptée

Si une bonne alimentation est un pilier indispensable pour avoir la forme, la pratique d’une activité sportive ne doit pas être négligée. Nous sommes à votre disposition si vous souhaitez bénéficier d’un programme sur-mesure. Découvrez nos services

A lire également :

OFFERT : Votre Programme de Fitness en vous inscrivant à notre newsletter !
programme offert

Ce programme est idéal si vous débutez et que vous souhaitez à la fois muscler et affiner votre corps. Profitez également des contenus exclusifs et offres exceptionnelles ProTrainer en recevant notre newsletter.

À lire également
Découvrez nos services (Toggle Search)